Acouphènes: traitements et accompagnement de nos thérapeutes

acouphenes traitements

Les acouphènes, souvent caractérisés par des sifflements continus ou disparates dans les oreilles, peuvent être pénibles, voire handicapants au quotidien. En Belgique, 10 à 30% des personnes en souffrent. Leurs causes pouvant être variables, une approche pluridisciplinaire sera favorisée pour trouver un traitement adéquat, et accompagner au mieux le patient.

Apprenez-en plus sur les causes des acouphènes, leurs traitements, et l’approche intégrative des thérapeutes d’Epidaure.

Explication des acouphènes par le Dr Michel Lefrancq, ORL

Qu’est-ce qu’un acouphène: définition

L’acouphène est un bruit (en général, bourdonnement ou sifflement) que l’on entend dans l’oreille (voire les 2 oreilles ou toute la tête) en l’absence de toute source sonore extérieure. C’est un signal parasite produit quelque part dans le système nerveux.

Il existe deux types d’acouphènes: 

  • L’acouphène temporaire est un phénomène naturel dont 90% ou plus de la population générale font l’expérience, et qui disparaît après un temps plus ou moins long.
  • L’acouphène permanent ou persistant survient dans environ 10% de la population. Il est dû à des régions du cerveau concernées par l’analyse des signaux sonores se concentrant sur des messages faibles, et qui font partie intégrante de l’audition normale dans la plupart des cas.

Souvent, il accompagne et est révélateur d’un épuisement ou d’un excès de sollicitation du système nerveux (souvent par le stress, le surmenage), qui ne peut plus y faire face. Il peut être un signe avertisseur de burn-out, tout comme l’hyperacousie (hypersensibilité au bruit).

Qu’est-ce qui cause les acouphènes ?

La plupart du temps, la cause des acouphènes est bénigne. Il est donc important qu’un médecin ORL ait mené les investigations nécessaires pour le confirmer et rassurer le patient.

Certaines des personnes qui font l’expérience de l’apparition d’un acouphène quasi normal peuvent facilement s’imaginer qu’il leur est arrivé quelque chose de sérieux. Par exemple, un dommage à l’oreille ou au cerveau, ou encore qu’elles vont être confrontées à ce problème toute leur vie durant. 

Nous savons maintenant que c’est ce type de pensée inappropriée qui est fréquemment responsable de la focalisation de la partie subconsciente du cerveau sur les petits signaux acouphéniques provenant de l’audition. 

Comme le mentionne le spécialiste des acouphènes Jonathan Hazell: chez certaines personnes peut se développer une crainte ou une phobie du son perçu, créant des sensations de gêne, d’appréhension, voire même d’anxiété et de dépression. Ces émotions sont générées dans d’autres zones du cerveau que celles traitant les informations auditives. 

L’acouphène peut alors être perçu comme pénible, perturbant, invalidant et rendre la vie très difficile. Une prise en charge s’avère indispensable dans ces cas.

Que faire en cas d’acouphène ?

D’abord consulter un ORL sans urgence. Souvent, la pathologie persiste depuis longtemps et peut attendre quelques semaines avant une mise au point. Celui ou celle-ci déterminera l’origine de l’acouphène: oreille externe, moyenne ou interne, nerf auditif, cerveau, traumatisme crânien, hypertension artérielle, articulation des mâchoires…

Ensuite, selon les recommandations et conclusions du médecin ORL, le patient pourra être orienté vers d’autres spécialistes, notamment: 

  • Ostéopathe
  • Kinésithérapeute (spécialisé dans les problèmes de tête, de cou et d’articulation des mâchoires), 
  • Psychologue ou coach (afin de rassurer le patient et de lui apprendre comment gérer acouphènes et stress), 
  • Naturopathe
  • Sophrologue
  • Praticien de l’hypnose, 
  • Spécialiste du neurofeedback, 
  • Audioprothésiste, etc.

Par contre, en cas d’apparition brusque en même temps qu’une perte d’audition qui persiste quelques heures, de perception des sons déformés, métalliques et/ou de vertiges, il faut consulter un ORL en urgence. Cela peut révéler une atteinte de l’oreille interne qu’il est alors nécessaire de traiter sans délai, afin de se donner toutes les chances de guérir l’oreille.

Traitement des acouphènes: solutions et accompagnement proposés à Epidaure

gael vertongen kinesitherapeute

Gaël Vertongen, kinésithérapeute

Un acouphène peut être un signal d’alarme que le corps envoie, et ce pour de multiples raisons. Un traumatisme ou une accumulation de stress, par exemple, peut entraîner toute une série de compensations et adaptations du corps. Celles-ci, à moyen et long terme, vont avoir pour effet de déséquilibrer le tonus global du corps, en surstimulant le système réticulaire. 

Le système réticulaire est une partie du système nerveux qui gère le niveau de vigilance et de tonicité du corps, celui-ci envoie des messages de relâchement ou au contraire de stimulation vers le cerveau. Dans la plupart des cas, un patient qui présente un acouphène aura un système réticulaire hyper réactif et donc une incapacité à lâcher prise. 

L’objectif premier sera donc très souvent de relâcher le patient en travaillant sur ce système via un panel de techniques de relaxation et respiration. Ensuite, la prise en charge d’un kinésithérapeute s’axera principalement autour de la mâchoire et du cou. En effet, ces deux zones, proches de l’oreille, seront le siège de nombreuses tensions et blocages qu’il faudra parvenir à libérer. 

Enfin, nous pourrons nous attarder sur l’oreille elle-même, ainsi qu’à d’autres techniques par exemple le travail et le positionnement de la langue. 

Le fil rouge de la prise en charge sera le « lâcher-prise ». La kinésithérapie constitue un des outils qui permettent d’y parvenir. Elle sera encore plus efficace en concertation avec d’autres disciplines comme la sophrologie, la massothérapie, l’acupuncture, la naturopathie, l’ostéopathie, l’hypnose, etc.

stephanie gouverneur ergotherapeute sophrologue

Stéphanie Gouverneur, sophrologue et ergothérapeute

On peut définir l’acouphène comme une sensation auditive perçue en l’absence de toute stimulation sonore extérieure. 

La difficulté pour traiter les acouphènes réside dans le fait que les causes restent, à ce jour, mal connues dans la majorité des cas et qu’il s’agit souvent d’un symptôme subjectif. 

La prise en charge pluridisciplinaire d’un patient souffrant d’acouphènes requiert un certain nombre d’investigations et de patience. Il est important de prendre le temps de rassurer, d’écouter et d’informer la personne sur son problème. 

Avant la prise en charge en sophrologie, il est important de faire des examens cliniques oto-rhino-laryngologiques. Parmi les examens ORL prescrits au patient, il y a l’IRM.

Il est important d’en parler ici puisque cet examen est souvent source d’angoisses pour la personne devant le pratiquer. En effet, il impose au patient de s’allonger dans un tunnel dans lequel sont émis des sons forts et répétitifs. Les patients se sentent souvent en détresse et certains d’entre eux décrivent même une sensation de vertige. 

Si cet examen est anxiogène pour le patient, il est possible pour le sophrologue de préparer la personne à vivre ce moment par une futurisation positive. Cela lui permettra de vivre ce moment plus sereinement.

La prise en charge d’un patient atteint d’acouphènes devient de plus en plus pluridisciplinaire et reste conduite sous la responsabilité du médecin ORL. La place de la sophrologie dans cette équipe permet d’accélérer le processus d’habituation en se basant sur une approche cognitivo-comportementale appelée Thérapie Auditive d’Habituation (TAH).

Les objectifs sont :

  • De rendre la détection du signal de l’acouphène plus difficile pour le système nerveux par  un travail de détente ;
  • D’amener le patient à catégoriser l’acouphène comme un signal sans importance afin de se sentir plus serein au quotidien. 

Dans un premier temps, il s’agira d’écouter et de rassurer la personne en souffrance sur le mécanisme d’habituation. Elle aura besoin de comprendre comment l’outil sophrologique pourra l’amener à cette « habituation ». L’objectif à atteindre devra être exposé clairement : il ne s’agit pas de faire disparaître le symptôme, mais de permettre au patient de retrouver une qualité de vie plus positive malgré cette sensorialité. 

Lors des séances en sophrologie, plusieurs techniques pourront être explorées avec le patient. Elles permettent dans un premier temps de prendre conscience de la détente des zones souvent mises sous tensions (à cause des douleurs provoquées par l’acouphène). Ainsi, le visage, la nuque, les épaules pourront être détendus en conscience, et ce, malgré la gêne occasionnée. 

La personne prendra donc conscience qu’il lui est possible de détendre cette zone tout en ne niant pas sa gêne. Elle apprendra également à mettre au-dehors les tensions qui accompagnent l’acouphène.

La personne est libre, au fil de séances, de se livrer sur le mal-être engendré par ces symptômes douloureux : troubles du sommeil, troubles de l’humeur, de la créativité, de la concentration, projection négative sur l’avenir, isolement social… Le sophrologue est formé à écouter avec beaucoup de bienveillance et sans jugement. 

Tout au long des séances, il propose un apprentissage de différentes techniques que le patient sera capable de reproduire en toute circonstance, dans son quotidien et en toute autonomie. L’objectif étant que la personne en souffrance puisse apprendre à vivre avec ces symptômes en ne les ressentant plus de façon négative.

jovanna comune naturopathe

Jovanna Comune, naturopathe et massothérapeute

Les acouphènes sont des bruits parasites occasionnels ou chroniques ne provenant pas d’une source sonore extérieure, qui peuvent survenir à certains moments de la vie. Ce symptôme peut avoir plusieurs causes et il est donc primordial de se diriger en premier lieu vers un spécialiste ORL. Cela permettra de mettre en lumière une cause possible et exclure un facteur de gravité. 

Les acouphènes peuvent être dus à un problème mécanique, physiologique ou autre, mais ils peuvent également être déclenchés par un traumatisme, un choc émotionnel, un stress

Ne vous arrive-t-il pas de serrer les dents par moment, sans même vous en rendre compte ? Cela génère des tensions dans les muscles de la mâchoire, de la tête, de la nuque. 

C’est par différentes techniques que j’utilise, dont l’écoute et la relaxation (massage), que je propose un traitement des acouphènes en vous aidant à les dépasser et à retrouver une qualité de vie. Egalement apprendre à porter son attention sur autre chose:

  • Apaiser le mental (Elixirs Floraux et fleurs de Bach) ; 
  • Revenir à une paix intérieure ;
  • Relâcher les tensions au niveau de la tête. 

Cela peut dans certains cas apporter une réelle amélioration. Si cela vous parle, n’hésitez pas à venir vers moi. Par ailleurs, les causes étant diverses et les traitements également, traiter l’Etre dans sa globalité a tout son sens. La kinésithérapie, l’ostéopathie, la kinésiologie, l’homéopathie, la nutrition… Peuvent également être d’une grande utilité.